Marmottes et marmottons

MARMOTA MARMOTA

La marmotte est de la famille des sciuridae (comme l'écureuil).

Elle a une taille de 46 à 66 cm et pèse de 2 à 8 kg. Elle vit de 4 à 8 ans.

On l'appelle le « siffleur » car pour prévenir d'un danger elle siffle pour donner l'alerte à toute la colonie afin d'aller se réfugier dans les terriers. La sentinelle se fait à tour de rôle mais chacune reste vigilante.

Elles vivent en colonie et en famille. Leur odeur, dégagée par des glandes sécrétant un liquide, permet à chaque famille de se reconnaître. Chaque groupe familial possède son territoire avec poste de guet et terrier.

 

Un peu d'histoire, la marmotte est l’ancêtre de tous les rongeurs

Apparue en Asie centrale, il y a 60 millions d'années,

elle s'est répandue dans tout l'hémisphère nord et on dénombre 14 espèces dans le monde. Elle est appelée aussi « chien de prairie » au Canada.                                                                                                                                                      

LE TERRIER

Le terrier est un refuge sûr et organisé.

La marmotte y passe plus de la moitié de sa vie. Elle possède un terrier d'été et un d'hiver. Celui d'été abrite la portée de l'année, celui d'hiver est son lieu d'hibernation possédant une galerie de 3 à 10 mètres de long, d'un diamètre de 15 cm. Elle creuse également de « faux terriers » sortes de refuge en cas de danger imminent. Elle se dirige dans les galeries grâce à ses longues moustaches : les vibrisses.

REPRODUCTION

15 jours après son réveil hivernal, l'accouplement a lieu dans le terrier.

La gestation dure 34 jours. 2 à 6 marmottons naissent au fond du terrier d'été, sans poil, les yeux clos, pesant à peine 30gr. Ils sont allaités pendant 8 semaines et sortent alors du terrier. Ils atteindront l'âge adulte vers 3 / 4 ans.

ALIMENTATION

La marmotte est caecotrophe, elle digère 2 fois ses aliments en intégrant certaines de ses crottes.

Elle est exclusivement herbivore. Elle mange des pissenlits, de l'herbe, des baies, de jeunes pousses de mélèze et doit ingurgiter 400 gr de nourriture par jour. Ceci grâce à ses 4 longues incisives qui ne cessent de pousser et à 18 prémolaires et molaires « broyeuses ». En 6 mois, elle aura mangé 70 kg. La marmotte ne boit pas et mange plutôt le matin et le soir afin de récupérer la rosée qui perle sur les plantes.

Une alimentation saine, qu'elle recherche elle-même, lui permet d'emmagasiner de « bonnes graisses » afin de passer l'hiver.

L’intervention de l’homme nuit à sa santé et à sa survie : maladies, manque de réserve saine pour l'hibernation... Et pourtant la marmotte est gourmande.

Merci de ne pas la tenter …

Ne lui donnez pas à manger !!!

SES PREDATEURS

L'homme a longtemps chassé la marmotte pour sa chair (préparée en rôti, civet ou pâté).

Sa fourrure était recherchée et sa graisse transformée en huile, connue depuis l'antiquité pour soigner les hématomes et les rhumatismes.

Dans les Alpes, sa chasse est réglementée. Réintroduite dans les Pyrénées et le Massif Central, elle y est protégée ainsi que dans les Parcs Nationaux et dans les réserves naturelles et de chasse. Mais l'aigle est son plus grand prédateur. La marmotte représente jusqu'à 90 % de son alimentation.

SES ARMES DE DEFENSE

Un cri strident signale un danger qui vient du ciel.

Plusieurs cris qui ne cesseront qu'au départ de l'intrus sur son territoire informent de la présence de chiens, renards, hommes. Sa vue est à 300 ° (l'homme a une vue à 160°). Son odorat et son ouïe sont aussi très performants.

  

HIBERNATION

Pendant les mois d'hiver, la marmotte vit au ralenti.

La température de son corps passe de 36°C à 5°C.

Son cœur passe de 120 pulsations par minute à 30. La ventilation de 15/20 passe à 3/4 / minute.

Avant d'hiberner, elle se purge avec des herbes pour vider son intestin et le débarrasser des parasites. Elle confectionne un matelas d'herbes sèches sur lequel elle se roulera en boule. Jusqu'à 15 individus vont se serrer les uns contre les autres afin de limiter les pertes caloriques.

L'entrée du terrier est fermée par un bouchon fait de terre et d'herbes (jusqu'à 1,5 mètre de long) afin de conserver un minimum de 4°C dans le terrier (en deçà, la marmotte ne peut survivre). De courts réveils lui permettent d'uriner dans une « pièce » spéciale.

Au printemps, dès que le sol se réchauffera suffisamment, elle sortira pour reprendre son cycle...

 

L'hibernation de la marmotte par l'image

 Terrier marmotte

 

EMPREINTES DE MARMOTTE

 

 


 

2 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 22/11/2017

×